"Le futur appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves. "
- Eleanor Roosevelt

"A Grez-Doiceau, nous allons à l'essentiel!
Retrouvez-nous sur www.alliancecommunale.be "
-

"La première récompense du devoir accompli, c'est de l'avoir fait."
- Albert Ier

"Il ne suffit pas de dire 'nous avons fait de notre mieux'. Il faut réussir à faire ce qui est nécessaire!"
- Winston Churchill

"On vit de ce que l'on obtient. On construit sa vie sur ce que l'on donne."
- Winston Churchill

"L'essentiel est l'emploi de sa vie, et non sa durée."
- Sénèque

Presse

9/12/2015 : L'Europe, terre d'opportunité et d'équité

Depuis la signature du Traité de Rome en 1957, l'Europe se veut une terre d'opportunité pour tous. D'élargissements en approfondissements, la CEE, la CE et puis l'UE ont toujours cherché à unifier et à harmoniser les pratiques et les écarts qui pouvaient subvenir entre les états membres ou même entre les entités régionales de ces états, et cela afin de permettre les échanges les plus libres, les plus efficaces et les plus équitables possibles dont le marché unique, consacré par le Traité de Maastricht en 1992, fut une forme d'aboutissement.

 

L'ouverture des marchés participa grandement à la prospérité collective: en 2008, on estime que le PIB moyen des 27 pays de l'UE était 2,13% plus élevé que si le marché unique n'avait pas existé, ce qui représente 500 euros de plus par citoyen par an (1).

 

Cependant, avec l'élargissement vers l'Europe de l'Est en 2004, un nouveau défi se posait: l'inégalité de revenu et la différence dans les politiques sociales rendaient inévitable une forme d'iniquité entre les acteurs économiques, qu'il convenait de corriger tout en ne lésant les intérêts et aspirations de personne. L'appartenance de ces pays à l'espace européen est une opportunité autant pour l'est que pour l'ouest du continent, mais qui ne va pas sans difficultés pour les uns et pour les autres.

Cette iniquité entre les acteurs économiques, créée par les différences importantes de ressources et de législation, nous l'appelons le dumping. Et ce dumping est nocif... à la fois pour nos entreprises et pour leurs employés, mais aussi pour les travailleurs venus de l'Est qui, tout en exerçant leur profession ici, ne jouissent que d'une fraction des protections et des avantages dont bénéficient nos travailleurs.

 

Comme le faisait déjà remarquer l'économiste britannique David Ricardo au début du XIXe siècle, les contrées ont tendance à se spécialiser dans les secteurs au sein desquels elles sont les plus compétitives et il est vain et inefficace de vouloir renverser par des mesures artificielles cet état de fait, plaidant ainsi vigoureusement contre le protectionnisme. Cet enseignement des premières écoles de l'économie classique, l'Union européenne tente, à juste titre, de l'appliquer tout en prenant en compte les réalités politiques et économiques du monde contemporain.

 

Equité, libre circulation et concurrence loyale

 

Il ne peut donc être question de créer aujourd'hui des règles d'exception, justifiant une forme de protectionnisme au profit des uns ou des autres sous prétexte que nos points forts et faibles diffèrent au sein même de l'Union. Non seulement nous croulerions encore plus sous les textes réglementaires et légaux, mais en plus, nous finirions par perdre tout le bénéfice du libre-échange pour en revenir à une forme d'Europe précontemporaine, celle-là même qui nous apporta, depuis la chute de l'Empire romain, 1.500 ans de guerres quasiment généralisées et incessantes.

 

Il faut donc rétablir une forme d'équité et réduire les inégalités au sein même de l'Europe tout en préservant la plus-value et les valeurs essentielles de celle-ci, au premier rang desquelles la libre circulation des biens, des services et des personnes.

 

Cependant, il convient que les règles soient les mêmes pour tout le monde, que l'avantage comparatif ricardien soit obtenu en vertu d'une concurrence loyale. Et c'est de cela qu'il s'agit lorsqu'il est question de lutte contre le dumping social.

 

La solution globale à ces problèmes ne pourra être obtenue que grâce à la mise en place d'un équilibre subtil et complexe entre les acteurs institutionnels européens.

 

Au niveau purement national, la lutte ne peut s'organiser que de deux manières: limiter les désavantages administratifs, techniques et fiscaux de nos entreprises et lutter efficacement contre la fraude. En d'autres termes: lutter à la fois contre les raisons de la fraude et contre la fraude elle-même.

 

Distorsions

 

Les états nationaux n'ont pas vocation à détricoter leurs propres règles et standards, qu'ils soient sociaux, sécuritaires, sanitaires ou environnementaux, pour atteindre le plus petit commun dénominateur existant. C'est d'ailleurs pour cette excellente raison que la répression de la fraude doit être soutenue, notamment sur les chantiers, sur les routes et dans les usines. Il n'est effectivement plus tolérable de voir proliférer de faux indépendants venus de l'Est, logés dans des conditions parfois déplorables et devant vivre en Belgique d'un salaire polonais en moyenne deux fois et demi moins élevé (2) que celui des travailleurs locaux et sans pouvoir profiter des mêmes protections sociales.

 

Il est évident que cette situation créée des distorsions de marché difficiles à compenser par la grande majorité des entreprises respectueuses des règles. À cet égard, les 40 mesures prises, dans le cadre du plan pour une concurrence loyale, par le ministre des PME, Willy Borsus, et par le Secrétaire d'État en charge de la Lutte contre la fraude sociale, Bart Tommelein, en collaboration avec l'ensemble des acteurs du secteur de la construction sont d'excellents premiers pas.

 

D'autre part, certaines lourdeurs et handicaps peuvent être réduits. En cela, la baisse drastique des charges patronales (de 33% à 25%) promise en juillet par le gouvernement de Charles Michel à la faveur du Tax Shift est un autre pas en avant considérable.

 

Cela, néanmoins, ne peut constituer qu'un début. En effet, les initiatives gouvernementales et parlementaires doivent et vont se poursuivre, comme les partis de la majorité et le cdH s'y étaient engagés en votant au mois de juillet dernier la résolution concernant les travailleurs détachés, notamment par la transposition rapide des directives européennes mettant à jour les procédures de contrôle et de collaboration entre les Etats membres.

 

La libre circulation n'est donc pas l'ennemi à combattre, mais bien un élément bénéfique qu'il faut pouvoir gérer et contrôler pour le plus grand bien de tous et au détriment de personne. Car tout l'enjeu est là: créer ou conserver une terre d'opportunité et d'équité pour tous.

 

(1) Commission européenne, 20 ans de Marché Unique (1992-2012): Keypoints, Bruxelles, 2012.

(2) En parité de pouvoir d'achat en 2012. Belgique: 3957 USD; Pologne: 1759 USD (source: OCDE)

8/12/2015 : Donnez vos congésen trop à un collègue

Pouvoir faire don de certains de ses jours de congé à un collègue qui doit soigner un enfant gravement malade? Le système existe déjà dans quelques pays, mais pas chez nous. Peut-être plus pour longtemps.

 

C'est en tout cas ce que veut mettre en place une proposition de loi que dépose la députée MR Sybille de Coster-Bauchau, avec l'appui de plusieurs de ses collègues libéraux, dont son propre président de parti. Dès que son texte sera pris en considération, elle compte l'ouvrir à la signature de députés d'autres formations, afin de maximiser ses chances d'être voté.

 

«J'ai été sensibilisée au problème par une maman dans le cas», explique la députée originaire deGrez-Doiceau, en Brabant wallon. «Elle était confrontée au problème de présence auprès de son enfant gravement malade. Je me suis alors rendu compte qu'une initiative de don de congés existait en France, et j'ai décidé de m'en inspirer».

 

Don anonyme possible


«La sécurité sociale belge offre déjà pas mal de choses en matière de congés destinés à faire face à des circonstances exceptionnelles, en échange d'une allocation forfaitaire», poursuit la députée. «Mais une fois que ces formules sont épuisées, on n'a plus rien, si ce n'est la possibilité de prendre un congé pour convenance personnelle, mais alors sans la moindre rémunération à la clé.»

 

«Dans le même temps, on s'aperçoit que des gens ont parfois trop de congés. Je pense à certaines administrations, où on peut avoir jusqu'à 35 jours ouvrables. Dans le privé aussi. L'idée est donc d'autoriser un travailleur à donner quelques jours au profit d'un collègue qui soigne un enfant, via son responsable du personnel.»

 

La députée décrit cela comme «un vrai acte de solidarité, un plus qu'on peut apporter à un autre parent». Pour des raisons légales, elle entend limiter ces dons à la partie qui dépasse les 20 jours ouvrables – soit le minimum légal – dans le chef de celui qui cède ses jours. S'il le souhaite, son don pourrait même rester anonyme.

 

Ch. C.

 
 
 
 
 

16/11/2015 : Collega met ziek kind? Sta jouw vakantiedagen af

Aan het doneren van vakantiedagen koppelen MR-parlementsleden Sybille de Coster-Bauchauen Denis Ducarme, die het voorstel met steun van premier Michel op tafel leggen, wel een aantal voorwaarden. Zo mag de werknemer enkel de bovenwettelijke vakantiedagen afstaan; aan de twintig andere dagen mag niet gemorreld worden. Bovendien moet de baas vooraf akkoord gaan én moet de schenking anoniem gebeuren. Dit laatste om te vermijden dat er morele druk zou uitgeoefend worden en werknemers die geen zin hebben om deel te nemen aan het systeem, met de vinger gewezen zouden worden.
 

Bijna job kwijt

 

In de krant La Dernière Heure vertelt de Coster-Bauchau dat ze gecontacteerd werd door een mama wier kindje overleed na een zware ziekte. "Die mama verloor ei zo na haar job", zegt het parlementslid. "Omdat ik zelf moeder ben, was ik bijzonder hard geraakt door haar verhaal. Hopelijk maakt mijn wetsvoorstel, dat geïnspireerd is door het Franse voorbeeld, een einde aan zulke schrijnende situaties." De Coster-Bauchau wil het cadeau doen van vakantiedagen mogelijk maken voor werknemers die voor een kind moeten zorgen dat jonger is dan 21 en dat zwaar ziek of zorgbehoevend is na een ongeval.

 

Verplicht voelen

 

"Het is inderdaad een algemene trend om richting 'cafetariaplan' te gaan", verduidelijkt Xavier Baeten, professor beloningsmanagement aan de Vlerick Business School. "Bij zo'n cafetariaplan krijgen werknemers meer keuze bij het samenstellen van hun voordelen. Zo kunnen ze bijvoorbeeld kiezen voor een kleinere bedrijfswagen en in ruil daarvoor ook een abonnement krijgen op het openbaar vervoer. Het kopen en verkopen van vakantiedagen past in die trend. Maar uiteraard kan het alleen gaan om bovenwettelijke vakantiedagen. Wettelijke vakantiedagen verkopen of doneren kán gewoon niet. En anonimiteit lijkt me ook een conditio sine qua non. Anders krijg je ongezonde machtsverhoudingen: de schenker van vakantiedagen zal misschien iets terug verwachten en de ontvanger zal het gevoel hebben iets terug te moeten geven."



"Maar naast deze losse bedenkingen vind ik vooral dat het weggeven van vakantiedagen een aantal taken van het personeelsbeleid wegneemt", gaat Baeten verder. "Als een werknemer een ziek kind heeft om voor te zorgen, moet je dat oplossen op het niveau van de organisatie. Ik vind het niet gezond dat de verantwoordelijkheid voor het probleem bij de werknemers gelegd wordt. Stel dat collega's niet kúnnen doneren, wat dan? Intussen kan je je wel verplicht voelen om vakantiedagen weg te schenken: 'Want we moeten die collega toch helpen?' De sociale druk kan enorm zijn. En hoe zullen de werknemers die dagen weggeven, trouwens gecompenseerd worden?"



Ook de christelijke vakbond ACV heeft z'n bedenkingen: "Er bestaat toch zoiets als zorgverlof?" De socialistische vakbond ABVV kon of wou gisteren nog niet reageren.

 

 

14/11/2015 : Offrez des jours de congé à vos collègues

Qu'on aime ou pas ses collègues, lorsque l'un d'eux se retrouve face à un grave problème d'ordre privé, on se montre généralement compatissant.

Difficile en effet de rester indifférent face à un voisin de bureau dont l'enfant est gravement malade. Au-delà des mots encourageants, certains veulent se montrer plus solidaires encore. Et pourquoi pas des dons de congés ? C'est en tout ce que suggère le MR !

 

Soutenue par le Premier ministre Charles Michel, la députée fédérale Sybille de Coster-Bauchau, vient de déposer une proposition de loi, également signée par Denis Ducarme, visant à autoriser les travailleurs à offrir des jours de congé à leurs collègues dont l'enfant, de moins de 21 ans, est gravement malade ou victime d'un accident conséquent.

 

Contactée par une maman dont l'enfant est décédé des suites d'une grave maladie, la députée libérale s'est inspirée du modèle français pour aboutir à cette proposition de loi.

 

" Cette maman risquait vraiment de perdre son emploi. Je suis moi-même maman et j'ai donc été particulièrement touchée par sa situation. En permettant, grâce à cette loi, d'offrir des jours de congés à ses collègues dans le besoin, on peut concrétiser une solidarité interpersonnelle, tout en allégeant en partie la charge financière publique, les allocations de remplacement durant la période de congés cédés n'étant plus allouées. En rien contraignante, cette proposition n'a pas vraiment d'impact pour l'employeur puisque ce don de congés ne perturberait pas la continuité du fonctionnement de l'entreprise ou de l'administration concernées ", souligne Sybille de Coster-Bauchau, précisant qu'il faudra, bien sûr, un accord préalable du patron avant de pouvoir faire un tel don.

 

Un cadeau qui devra se faire dans l'anonymat, estime également la députée libérale. "Il n'est pas question que des pressions morales puissent s'exercer au sein d'une entreprise, pointant du doigt l'un ou l'autre parce qu'il n'a pas participé au don en faveur de l'un ou de l'autre. L'anonymat du donneur doit être garanti et maintenu au cours de tout le déroulement de l'opération. Le donneur ne pourra céder tout au plus que les 20 jours légaux auxquels chaque travailleur a droit" .

 

La députée MR se dit très confiante quant à la concrétisation prochaine de sa proposition de loi.

 

Nawal Bensalem

 

 

29/10/2015 : Pose de la première pierre à Gastuche et fin des travaux pour les rond-points de la N25

TVcom, la télévision communautaire du Brabant wallon, parlait de Grez-Doiceau à plusieurs reprise ce 29 octobre avec la pose de la première pierre à la ZACC de Gastuche, le "Domaine des Vallées" qui accueillera 208 logements à prix modéré, ainsi que la fin des travaux des rond-points sur la N25.

 

ZACC de Gastuche: http://tvcom.be/index.php?option=com_content&view=article&id=16014:2015-10-29-10-41-39&catid=128:news&Itemid=348

Rond-points: http://tvcom.be/index.php?option=com_content&view=article&id=16013:2015-10-29-10-40-03&catid=128:news&Itemid=348

 

 

 

11/1/2015 : Grez-Doiceau peaufine sa vision stratégique jusqu'en 2018 (Le Soir: 11/01/2015)

Un hébergement communal de 85 seniors au lieu de 69, cinq lits de court séjour et une résidence service de 12 lits. Voilà à terme le visage du nouveau home Renard, rue du Stampia. Tel le projet phare qui sera développé par la majorité formée par L'Alliance communale et l'Équipe d'ici la fin de la législature en 2018. «On parle tout de même de dix millions d'euros d'investissements» , pointe la bourgmestre réformatrice Sybille de Coster-Bauchau (AC).

 

On est donc loin du home intercommunal imaginé au sein de la zone de police, donc aussi avec Chaumont-Gistoux, Incourt et Beauvechain.

Mais la bourgmestre de Grez-Doiceau ne souhaite plus épiloguer sur le sujet: «Nous n'avons pu obtenir les accords de principe que parce que nous avons rentré un plan d'ancrage, avec la résidence service, auprès de l'ancien ministre Nollet (Écolo). C'est grâce à cela que la ministre Éliane Tillieux (PS) nous a accordé l'extension de 16lits. Pas mal sur les 62 lits octroyés sur toute la Wallonie… Reste maintenant à trouver le financement pour les travaux car la commune seule ne peut investir une telle somme.»

 

La présidente du CPAS, Sarah Olbrechts-Van Zeebroeck (AC), précise cependant que «nous allons devoir choisir pour la mi-janvier l'architecte avec lequel nous allons collaborer. Huit projets ont été rentrés. L'architecte désigné devra alors réaliser une esquisse motivée pour que nous puissions rentrer le dossier à la subsidiation. A tout le moins d'obtenir un nouvel accord de principe. Le ministre Maxime Prévot (CDH) nous a déjà annoncé qu'il n'y avait pas d'argent disponible en 2015. Espérons qu'il en sera autrement en 2016…»

 

Une équipe soudée

 

Ce beau projet fait, selon la majorité, partie des 65 projets déjà initiés (et certains clôturés) depuis le début de la législature. pour Sybille de Coster-Bauchau et son premier échevin Victor Pirot (E): «Nous sommes fiers de collaborer de manière responsable avec les deniers du contribuable, sans augmentation d'impôts d'ici 2018, afin de faire faire avancer l'intérêt général.»

 

En plus de la mise en œuvre de quinze autres logements publics du plan d'ancrage et de dix logements publics à Gastuche, du lancement d'un parcours d'artiste, de la réfection de l'avenue Fernand Labby avec une piste cyclable, de la Maison rurale, de l'agrandissement de l'école de Nethen ou encore du lancement d'un service SMS d'informations aux habitants, l'autre projet phare consistera dans la lutte contre les inondations.

 

L'échevin Luc Coisman se réjouit de la collaboration de la Province pour l'étude d'une zone d'immersion temporaire à Cocrou et pour la collaboration de la Province et de la Région pour la réalisation d'un «piège à sable» sur le Train entre Morsaint et Grez: «Cela permettra de filtrer l'eau sablonneuse venant de Chaumont-Gistoux, et évitera des curages destructeurs pour la faune et la flore.»

 

J.-P. D.V.

10/1/2015 : TV Com: le 10 janvier 2015 - Voeux du Collège

Le vendredi 9 janvier, le Collège Grézien a reçu la presse. TVCom, la télévision communautaire du Brabant wallon en a fait un intéressant reportage: http://www.tvcom.be/index.php?option=com_content&view=article&id=14578&Itemid=348

11/12/2014 : Le Home Renard profite des subventions (La Capitale BW, 11/12/2014, P. 6)

La commune de Grez-Doiceau se voit pour sa part octroyer un subside de près de 420.000 euros. Parmi les secteurs ciblés, on retrouve les logements pour les personnes âgées. Le Home Renard reçoit ainsi un montant de 240.000 euros afin d'étendre son nombre de lits.

 

Pour la sécurisation de ses passages pour piétons à proximité de la N25, la Ville profite d'une manne de 30.000 euros. Mais Grez-Doiceau pense aussi à ses cyclistes puisque la commune vise l'aménagement d'une piste cyclo-piétonne à la rue du Bois Gibet. Elle profite d'un subside de 50.000 euros pour ces travaux. La petite enfance reçoit, elle, 42.000 euros à répartir entre ses deux maisons d'accueil. Enfin, la Maison communale pourra profiter d'un ascenseur grâce à un petit subside.

26/5/2014 : Bienvenue dans la section Presse !

Bienvenue dans la section Presse de notre site. Dans cette page, vous trouverez toutes les dernières actualités presse de Sybille de Coster Bauchau.
 
http://www.lacapitale.be/943840/article/regions/brabant-wallon/actualite/2014-02-24/sybille-de-coster-bauchau-mr-je-m-investis-pleinement-dans-ce-que-je-

19
JUN
2014

CV Express

Née en 1953 à Elisabethville (Congo belge)

Députée fédérale
Bourgmestre de Grez-Doiceau
Ancienne Députée wallonne et à la communauté française
Ancienne Conseillère provinciale

Infirmière licenciée en gestion hospitalière
Administratrice de sociétés

19
JUN
2014

Grez-Doiceau en bref

Superficie : 55,44 km
- Surface agricole 59,15 %
- Bois 20,14 %
- Terrains bâtis 17,76 %
- Divers 2,95 %
Population :
12.888 habitants (01/01/2014)
Densité :
282 hab/km²
Budget ordinaire (frais de fonctionnement) :
13.614.394,05 € (2014)
Budget extraordinaire (investissements) :
4.343.645,78 € (2014)

19
MAR
2014

En images

Toute l'actualité de la vie politique du MR de Grez-Doiceau en images.

25
JUN
2014

Presse

Suivez mes apparitions dans la presse.